Histoire de la voyance
5 (100%) 3 votes

Charles Ledbiter, le célèbre théosophe du siècle dernier, a écrit : « Le jugement peut être défini comme la capacité de voir ce qui est caché de la vue physique ordinaire. Très souvent, elle s’accompagne de ce qu’on appelle la clairvoyance. La clairvoyance spatiale est la capacité de voir des scènes ou des événements qui sont trop éloignés du spectateur, ou trop éloignés pour une observation normale, ou cachés par des objets qui les masquent. La clairvoyance temporelle est la capacité de voir des objets ou des événements qui sont éloignés du spectateur dans le temps.

La littérature théosophique insiste sur le fait que les plus hautes capacités devraient bientôt devenir la propriété de l’humanité tout entière. Et la capacité de clairvoyance, affirment certains experts, est potentiellement en chacun de nous. On dit que la clairvoyance est possible dans un certain état de conscience. Saint Paul l’appelait « la paix qui conduit à la compréhension ». Dans le bouddhisme zen, on l’appelle satori, dans le yoga samadhi, dans le qigong, on l’appelle « Tao absolu » et dans le taoïsme, « Tao absolu ».

Pour le décrire, Thomas Merton utilise l’expression « inconscient transcendantal », Gurdjieff le définit comme « conscience objective ». Les soufis l’appellent un éventail, et les quakers l’appellent la lumière intérieure. Mais quel que soit le nom de ce phénomène ancien et bien connu – l’illumination, l’illumination, la libération, l’expérience mystique – ils sont tous liés à l’état de conscience, radicalement différent de notre compréhension habituelle, l’état d’esprit quotidien.

Et ce qui est intéressant, c’est que cette nouvelle compréhension de soi peut venir soudainement, comme ce fut le cas pour saint Paul sur le chemin de Damas. Il peut également être réalisé par de longues sessions de formation. Et c’est quelque chose que tout le monde peut faire.

Il est donc nécessaire de poursuivre les exercices et de faire preuve de beaucoup de retenue en public. Pour les débutants, il est préférable de continuer les leçons sous la direction d’un spécialiste qui vous apprendra à gérer vos capacités (entrer, rester dans et hors d’un état correctement). Seul un cours parfaitement maîtrisé vous permettra de gérer intelligemment et avec compétence le don de la clairvoyance. Sinon, ça pourrait mal finir. Mais l’essentiel est d’apprendre dès le début que ces capacités ne donnent à une personne aucun pouvoir sur les autres personnes ou les événements de la vie, aucune richesse, aucun amour, aucune santé. C’est juste une opportunité d’exister dans ce monde d’une manière harmonieuse et à part entière, en ressentant l’univers tel qu’il est réellement.

Développement des compétences acquises en clairvoyance.

L’étape suivante de l’entraînement est l’exercice direct sur le développement de la clairvoyance. Ce stade de développement exige une concentration et une attention particulières, et la capacité d’entrer dans un état de conscience modifié ne l’empêchera pas. La pratique montre que ces conditions sont caractéristiques d’une personne en période de maladie grave, entre le sommeil et le réveil, sous hypnose ou épuisement grave. La difficulté ici est d’apprendre à découvrir et à conserver cette capacité. C’est très difficile pour les débutants. Le fait que non formé, non élevé capacité de clairvoyance peut venir à une personne, même quand il n’en a pas besoin et de maîtriser pleinement. Dans la vie réelle, c’est extrêmement inconfortable et cela crée des obstacles insurmontables entre une personne qui maîtrise l’ésotérisme et les gens qui l’entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *