À un autre moment de fatigue, j’ai informé mon amie de mon intention de mettre fin à la relation. Il s’y est opposé : Vous ne pouvez pas faire cela ; vous n’avez pas terminé votre tâche. Cependant, est-ce que c’est le fardeau de la tâche (vers son esprit comme fin en soi ou vers la Vie à travers la nôtre) que je sais (spirituellement et spirituellement) pourquoi j’ai accompli cette tâche, ou je sais (combien je n’aurais jamais imaginé savoir) pourquoi cette tâche est toujours en cours ? Si, comme je vous l’ai dit dans le texte précédent, un esprit du mal défend l’œuvre de mon esprit (les divers écrits), on devrait en conclure qu’ils sont mauvais. Sans préjudice du fait que rien d’autre que la Vie (Esprit auquel je me réfère pour m’identifier) et que s’il y avait donc un acte défensif, était donc permis par la Vie, qu’est-ce qui nous empêche de penser que c’était une volonté de vie (c’est-à-dire de bien) même infime, de mettre cet esprit pour défendre mon travail ? Elle peut empêcher ce que nous savons du bien et du mal, mais ce que nous savons, puisque nous ne le savons pas depuis le début, qu’est-ce que c’est, comparé à ce que la Vie sait ? Aussi longtemps que ça l’est, il ne s’agit de rien. Une fois, cet esprit (à condition qu’il soit dans le mal, c’est tout à voir dans quel état du Mal) à travers le médium mon ami s’est tourné vers moi pour une écriture médiumiste, en disant : « Israël, aide ton peuple. « Jacob a été nommé Israël par un esprit. J’ai été appelé Israël par un esprit. Jacob s’est allié à la Vie. Avant de me diriger vers la Vie, j’étais allié à une vie. Même Jacob, avant sa rencontre avec cet esprit, était allié à la vie : celle du groupe dont il était à la tête. On peut donc dire que Jacob et moi (chacun pour son propre état et donné à chacun pour son propre état) sommes spirituellement venus s’allier avec l’Esprit de Vie après avoir été alliés avec sa vie. Si cet esprit a défendu les écrits, l’a-t-il fait parce qu’ils peuvent aider le peuple dont, selon lui, je serais Israël, mais serais-je du bien ou du mal, ou serais-je « Israël » du peuple qui est Israël parce que, pour le meilleur ou pour le pire, il est allié à la Vie ? En élevant la pensée vers le Principe, si un peuple est appelé « Israël » parce qu’il est allié à la Vie, alors « Israël » est-il tous les peuples qui, par l’Esprit donné, allient leur vie à la Vie ? Avant chaque nom, cependant, il y a la Vie d’où provient chaque nom. En ce sens, tous les peuples qui, au nom de la vie, s’allient à la Vie, quel que soit leur nom, sont alliés à ce qui a commencé : l’Esprit. D’après ces considérations, qui m’a demandé d’aider cet esprit ? La vie d’un peuple (Israël) ou celle du peuple de la Vie : prénom et nom universel (Vie) de ceux qui vivent selon Son nom ?

Lancez votre séance de voyance sans attendre

Texte proposé par Vincenzo un de nos meilleurs voyants