Aussi de cet article, donc, ne vous attendez pas au miracle d’une compréhension totale et absolue de son essence insaisissable. Ce qu’est l’Ame ne peut pas être communiqué par le langage. Le mot, un outil de communication créé par la personnalité, est fait pour décrire les pensées, les sentiments, les besoins de notre moi inférieur, pas pour explorer la Lumière de notre étincelle divine. Les mots que j’utiliserai seront donc le doigt qui indique la Lune. Je vous demande donc d’être sage et d’observer ce que je pointe du doigt (l’Ame) sans coller aux termes, nécessairement imparfaits et inadéquats, que je serai obligé d’utiliser.

Imaginez un instant que les « centres de conscience de la personnalité » sont répartis sur la volute d’une spirale. Ici nous trouvons le corps physique, le corps émotionnel et le corps mental ; ils nous mettent en contact respectivement avec nos besoins physiques, nos émotions et nos sentiments, notre monde de la pensée.

Imaginons maintenant que nous nous levons, que nous avançons sur une volute plus haute que la spirale de notre conscience. Nous trouvons ici les trois « centres de conscience de l’âme », qui correspondent, à un niveau supérieur, à ceux de la personnalité. Juste pour leur donner un nom, nous pouvons les appeler Lumière, Amour et Volonté.

Nous pouvons donc comprendre quelque chose à propos de ces centres par analogie avec ceux de notre personnalité. La « Lumière » de la compréhension divine correspond à notre intellect. Notre esprit nous donne la possibilité de voir un point de vue à la fois : le nôtre. Quand nous sommes centrés dans l’esprit, nous avons raison et les autres ont tort, ou si nous sommes un peu plus tolérants, les autres ont un peu moins raison que nous. Nous sommes prêts à admettre que les différents points de vue ont tous leur propre valeur, leurs propres limites et incomplétude… mais seulement en ce qui concerne ceux des autres. Nous sommes attachés aux nôtres comme s’ils étaient nos propres enfants.

Tout change lorsque nous nous identifions au centre correspondant de l’âme. Alors la Lumière de la compréhension nous conduit à nous détacher, à nous décentraliser complètement de nos convictions. Nous perdons toute identification, tout attachement à notre point de vue limité, et en un seul instant intemporel, nous saisissons simultanément toutes les manières possibles d’observer et d’évaluer une situation, de percevoir ses mérites, ses défauts et ses limites.

Nous ne sommes plus chrétiens, musulmans ou athées, communistes, fascistes ou démocrates, nous devenons tout et n’importe quoi, appréciant la richesse que nous apportent les différentes visions de la réalité, complémentaires entre elles. Et c’est cette chose mystérieuse et insaisissable que nous appelons l’Amour. Nous avons tous fait l’expérience du petit amour de la personnalité. Nous avons aimé, aimons ou aimerons des hommes, des femmes, des amis, des parents, de la nourriture, des vacances, etc. Mais l’amour qui émane du corps émotionnel est toujours personnel et conditionné. Qu’est-ce que cela signifie ? …Que j’aime Paola, mais je n’aime pas Elvira ; que j’aime ma mère, mais je ne supporte pas beaucoup mon père ; que j’aime les asperges, mais je déteste les poivrons… c’est un amour sélectif. C’est conditionné, parce que je t’aime si… tu m’aimes aussi ; ou, je t’aime si… tu me respectes ; ou encore, je t’aime si… tu préfères ma compagnie à celle des autres, etc.

L’amour inconditionnelDans ce genre d’amour, il y a toujours des conditions à respecter, pour que ce sentiment, fort et très fragile en même temps, puisse exister. L’amour avec un « A » majuscule n’est pas un sentiment de personnalité, mais une expansion de l’âme ; il est impersonnel et inconditionnel. Impersonnel parce qu’il s’étend vers tout ce qui existe, l’embrasse et l’intègre en lui-même.

Cela se produit parce que l’énergie de l’Amour naît du sens de « non-séparation » entre nous et le reste de l’univers. Quand nous sommes dans l’Amour, nous faisons partie de tout ce qui existe, y compris les gens que notre personnalité déteste, et nous aimons tout comme une partie de nous-mêmes. C’est le sens des paroles du Christ : « Tu dois aimer tes ennemis. Quand nous vivons l’Amour, les ennemis n’existent plus. C’est aussi l’Amour inconditionnel parce que : Je t’aime même si… tu ne m’aimes pas, tu ne me respectes pas ; tu penses que je suis un imbécile ou un incompétent, etc.

Lancez votre séance avec nos experts en voyance maintenant