Votre avis compte
L’estime de soi s’acquiert par les succès, en commençant toujours par les plus petits, par les dangers affrontés et surmontés et par les objectifs atteints, jour après jour, petit à petit. Mais l’estime de soi s’acquiert encore plus souvent par des échecs, par des tentatives qui ne sont pas surmontées, mais qui donnent des indications sur la manière de les surmonter la prochaine fois. Les échecs sont en fait de grandes réussites : ils nous permettent de nous habituer à la peur, d’apprendre à la tolérer et de tolérer la possibilité de faire une erreur parce que cela nous est déjà arrivé et que nous en sommes, de toute façon, sortis en apprenant quelque chose.

L’échec nous rend immunisés et libres, c’est notre anticorps contre la peur ! Il est bon de s’y habituer : un bon niveau d’estime de soi ne peut être atteint qu’à travers un parcours qui amène la personne à s’apprécier par l’auto-appréciation (pas celle des autres !) et la reconnaissance de sa valeur personnelle. Ne pensez donc pas que vous pouvez vous lever un matin et vous sentir comme une personne nouvelle et confiante, l’objectif ne peut être atteint que pas à pas, il n’y a pas de raccourcis.
ÉTAPE 1 – COMMENCER À S’EXPRIMER

La personne peu sûre d’elle est absolument dépendante du jugement des autres. La dépendance à l’égard du jugement des autres peut devenir dévorante, conduisant la personne peu sûre d’elle à passer sa vie à se conformer à un modèle qu’elle trouve agréable pour les autres. UN EFFORT ABSOLUMENT INUTILE, étant donné que, masqué ou non, IL EST PRACTIQUEMENT IMPOSSIBLE QUE TOUT LE MONDE VOUS AIME. Il est préférable d’abandonner, et de viser à se faire plaisir au préalable.

Objectif : essayer, progressivement, un peu chaque jour de s’exprimer, c’est-à-dire de s’exprimer :

Dites ce que vous pensez.
Agissez comme vous le pensez (pas comme vos amis, votre petit(e) ami(e) ou votre famille).
Exprimez vos sentiments et vos émotions.
Dites “non” quand c’est non et “oui” quand c’est oui.
Concentrez-vous sur le nombre de choses que vous faites parce que vous DEVEZ le faire et sur le nombre de choses que vous voulez faire parce que vous le voulez.

Je sais qu’il est très difficile de “sortir du placard”, surtout si vous ne l’avez jamais fait auparavant, mais si vous le faites, vous aurez une agréable surprise : vous découvrirez que vous obtiendrez ce que vous avez toujours cherché : faire plaisir aux autres ! (bien sûr, pas tout le monde). Mais c’est évident ! Maintenant que la personne peu sûre d’elle est libre de s’exprimer, qu’elle est devenue une personne forte et accueillante, une personne qui s’affirme, qui prend des responsabilités, qui est prête à défendre ses idées et à dire “OUI” quand c’est oui et “NON” quand c’est non… qui n’aime pas une telle personne ? Peut-être seulement ceux qui l’envient… L’objectif d’une vie, poursuivi en vain depuis si longtemps, et au prix de grandes souffrances, est à portée de main ! C’est simple, il suffit de changer de stratégie.

À ce stade, une question peut se poser : “OK, je veux m’exprimer. Mais comment suis-je ? Ce n’est pas une question banale, car quelqu’un qui a passé toute sa vie à essayer d’être comme les autres voulaient qu’il soit ne sait plus à quoi il ressemble vraiment sous les masques. La tentation est de retrouver un masque, peut-être un masque plus affirmé, plus confiant et plus déterminé que celui du “bon garçon”. Le résultat ne peut pas changer : si vous voulez savoir si vous êtes digne d’être aimé, vous devez montrer votre vrai visage. Comment, alors, savoir à quoi on ressemble vraiment ?

Le secret réside dans le cinquième point décrit ci-dessus : concentrez-vous sur le nombre de choses que vous faites parce que vous DEVEZ le faire et sur le nombre de choses que vous faites parce que vous VOULEZ le faire. Si vous faites l’effort de comprendre quelles sont les choses que vous faites dans la journée parce que vous DEVEZ les faire et combien vous en faites parce que vous VOULEZ les faire, vous découvrirez également ce qui vous “représente” le plus spontanément et ce qui ne le fait pas. Ensuite, pour vous exprimer de plus en plus, il suffira d’aller davantage dans le sens de ce que vous voulez faire, quand c’est possible, plutôt que dans le sens des choses faites par obligation. Essayez de vous donner quelques semaines pour essayer de mettre ce premier point en pratique, et lorsque vous vous sentirez un peu plus confiant, passez au point suivant.

Si vous avez réussi à accomplir, au moins en partie, les tâches de l’étape précédente, félicitations, vous avez bien fait, ce n’était pas facile ! Maintenant, nous allons traiter de la PEUR.
La personne peu sûre d’elle pense souvent que les autres n’ont pas peur, alors que sa vie est littéralement dominée par la peur. En réalité, tout le monde a peur : la peur est normale, en fait, c’est un courage qui n’existe pas dans la nature. La peur est utile, elle nous aide à reconnaître le danger et à nous défendre, et elle est commune à tous les humains et animaux. Le courage, en revanche, n’existe pas naturellement, nous le construisons lorsque nous surmontons la peur !

La peur, en tant que pathologie, est un monstre que nous inventons et dont nous sommes ensuite effrayés et persécutés, et tout comme il n’y a pas de limites à notre imagination, il n’y a pas de limites à notre capacité à inventer des peurs. Métaphoriquement parlant, la peur est comme l’ombre géante d’une souris : il suffit d’avoir le courage de s’en approcher pour découvrir qu’elle n’est qu’une illusion. La bonne nouvelle est que, tout comme nous sommes capables de construire nos propres peurs, nous sommes également capables de les déconstruire, c’est-à-dire de les détruire, et nous allons voir comment.
Cependant, la personne peu sûre d’elle, contrairement aux autres, n’affronte pas ses peurs et les laisse décider de sa vie. De nombreuses personnes peu sûres d’elles s’appuient aveuglément sur leur sentiment d’infériorité et évitent les lieux ou les situations typiquement masculins (bars, salons de coiffure pour hommes, salles de sport…) et féminins pour les femmes (salons de beauté, magasins de vêtements…) et le seul résultat qu’elles obtiennent est de confirmer leur faible estime de soi et de perpétuer leur sentiment d’infériorité par rapport aux autres hommes ou femmes.

La peur fait renoncer la personne, emprisonne ses ressources ; la personne se limite et exclut de nombreuses possibilités qui pourraient changer sa vie. La seule façon de surmonter la peur est de la traverser, de la vivre. Malheureusement, ceux qui souffrent d’anxiété ont plutôt tendance à éviter les situations d’inconfort, ne faisant rien d’autre que de soutenir la croyance qu’elles représentent un risque pour leur équilibre, alors qu’en fait elles sont une occasion incontournable de croissance et d’amélioration personnelle. De plus, le renoncement entraîne inévitablement un sentiment de frustration et d’échec qui nous emprisonne et nous fait nous sentir encore plus fragiles, incapables et vulnérables.

Seules la connaissance et l’expérience peuvent nous rendre maîtres d’une situation et d’une émotion. L’exposition à la peur est une excellente occasion que vous avez chaque jour pour augmenter votre estime de soi ! Le cerveau craint instinctivement ce qu’il ne connaît pas, mais à force de s’exposer à nos peurs, celles-ci se dissipent rapidement car les objets et les contextes qui déclenchent notre panique nous paraissent de plus en plus familiers et gérables. La seule façon de surmonter ce problème est donc de commencer à affronter nos peurs, de les vérifier, de les mettre à l’épreuve, de voir si elles tiennent les terribles promesses qu’elles font. Chaque jour, il y a des milliers d’occasions de surmonter ses peurs, TOUJOURS COMMENCER PAR LES SITUATIONS LES PLUS SIMPLES auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement, puis passer aux plus difficiles, TOUJOURS CONTINUER PAR PETITS PAS. Ne vous fixez pas tout de suite de grands objectifs, vous ne les atteindrez pas et la frustration vous empêchera de réessayer. Vous ne pouvez pas courir tout de suite, vous devez d’abord apprendre à marcher et à garder votre équilibre, puis vous pourrez courir et même sauter si vous le souhaitez, mais commencez toujours lentement en vous fixant de PETITS OBJECTIFS ATTEIGNABLES, par exemple :

  • ne pas accepter un mauvais changement ;
  • entrer dans un magasin de vêtements “ce n’est pas pour moi” ;
  • en discutant avec un étranger au bar ;
  • en prenant un autre chemin pour aller travailler ;
  • s’asseoir à côté de quelqu’un dans le bus au lieu d’être seul ;
  • décider de travailler avec un collègue qui nous met un peu mal à l’aise….

Si vous y réfléchissez, LES CHOSES VALABLES QUE VOUS AVEZ OBTENUES EN FAISANT FACE À LA PEUR ! Votre petit(e) ami(e) (face à votre timidité), votre emploi (vous souvenez-vous de l’entretien initial ? et du premier jour de travail ?), votre diplôme (le mot “examens” a-t-il un sens pour vous ?)…
VOUS L’AVEZ FAIT AVANT, VOUS POUVEZ LE FAIRE À NOUVEAU ! Ce n’est que de cette manière que les peurs se dégonflent et que l’ancienne personne insécure reprend le contrôle de sa vie. L’individu grandit et augmente son estime de soi en devenant indépendant. Abandonnez la voie certaine pour une voie nouvelle et incertaine, et ramenez à la maison un grand résultat : un NOUVEAU VOUS ! Pour cette étape aussi, prenez un peu de temps, environ dix jours, puis procédez.
ÉTAPE 3 – NE PAS JUSTIFIER ET NE PAS DEMANDER CONFIRMATION

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, vous êtes formidable ! …et vous devriez déjà vous sentir mieux. Aujourd’hui, nous allons nous attaquer à deux mauvaises habitudes des personnes peu sûres d’elles :

La tendance permanente à se justifier.
Toujours à demander une confirmation.

La justification constante sert à :

Ne pas assumer la responsabilité de ses paroles ou de ses actes ;
Prévenir les objections éventuelles ;
implorer la pitié de ceux qui sont devant nous.

La conséquence est que nous ne nous sentirons jamais heureux, car nous ne serons jamais vraiment libres de faire ce que nous voulons et nous serons toujours subordonnés à quelqu’un. Il faut apprendre à assumer la responsabilité de ce que l’on dit et fait ; si quelqu’un a des questions ou des objections, il est libre de les poser. IL N’EST PAS NÉCESSAIRE DE RÉPONDRE À L’AVANCE À DES QUESTIONS QUI NE SERONT PROBABLEMENT JAMAIS POSÉES.

La demande de confirmation crée une dépendance croissante à l’égard de l’opinion des autres. Le résultat est que nous nous sentirons de plus en plus incapables de faire nos propres choix et de nous débrouiller seuls. Faire confiance à sa propre opinion, en revanche, augmente l’estime de soi ! Et puis, rappelons-nous, il n’est ni nécessaire ni possible de plaire à tout le monde ! … mais peut-être qu’il commence à ne plus nous attirer autant qu’avant. Pour cette étape, la “tâche” est la suivante :

Essayez de ne jamais justifier vos actions, sauf si on vous le demande.
Ne demandez à personne de vous confirmer que vous avez fait ou dit la bonne chose… ce qui signifie : “Mords-toi la langue et garde la bouche fermée !”.

 

La personne peu sûre d’elle a tendance à s’apitoyer sur son sort. C’est une façon de se consoler, de se réchauffer, de prendre soin de soi ; mais c’est aussi une façon d’obtenir l’attention des autres, de les forcer, par un chantage moral (semblable à une grève de la faim), à nous donner cette affection que nous désirons tant.
Dans ce cas aussi, l’effet est généralement exactement inverse : chaque fois que la personne cède à ses plaintes dans l’espoir de susciter la pitié et de recevoir la satisfaction qu’elle désire tant, tout le monde s’enfuit et elle reste seule, car il est difficile, voire impossible, de vivre à côté de quelqu’un qui se plaint ! Se plaindre est auto-entretenu et contre-productif.

L’attention des autres doit être conquise ! Et non pas avec la beauté, l’intelligence, etc … (bien sûr, s’il ya aussi qu’il est exploité …), mais surtout avec la positivité, montrant le meilleur et montrant leurs meilleures qualités, leurs forces, souriant, ne pas pleurer … Seulement de cette façon, vous capturez et CONQUER dignement l’attention des autres, vous rendre irrésistible parce que belle et positive. Tout le monde appréciera d’être entouré d’une telle personne ! Vous ne pouvez pas obliger l’autre personne à nous accorder son attention, à nous consoler, à vivre avec nous si nous sommes lourds, tristes et négatifs ; cela ne fera que la faire souffrir ou la faire fuir. Gardez ce concept à l’esprit et prenez au moins une semaine pour le mettre en pratique.
L’ÉTAPE 5 – LA MEILLEURE DÉFENSE, C’EST L’ATTAQUE

La personne peu sûre d’elle vit constamment sur la défensive. Avant tout événement ou toute réunion, il projette dans son esprit le film de ce qui va se passer pour être prêt à toute éventualité ; il est constamment préoccupé par la protection de son image, pour ne pas être mal compris ; dans chaque mot de l’autre personne, il est prêt à attraper une attaque personnelle. L’amère constatation est que tous ces efforts n’ont pas abouti à de grands résultats, ni à une vie heureuse. Dans ce cas également, la stratégie défensive s’est avérée erronée.

Tout d’abord, il faut apprendre à ne pas se défendre. Il n’est pas possible de faire en sorte que les autres pensent ce que nous voulons qu’ils pensent de nous, ni d’éviter les malentendus : autant abandonner. La seule façon d’empêcher le jugement des autres de nous blesser est de ne pas nous défendre, en acceptant toute critique comme un jugement subjectif (donc non infaillible), qui ne concerne pas la bonté de notre personne et dont nous pouvons même apprendre quelque chose.
Ne pas se défendre, c’est se poser la question :

si le jugement négatif que l’autre porte sur nous ou sur nos actions n’a pas de base de vérité, et ne peut donc pas être un stimulus pour nous améliorer ;
si l’opinion de l’autre, qui est si différente de la nôtre, ne contient pas des aspects dignes d’attention et d’investigation ;
si, enfin, l’opinion contraire de l’autre est si déterminante pour notre vie et si elle est vraiment si intolérable.

Ne pas se défendre signifie, en fin de compte, enlever à l’autre le pouvoir de nous faire du mal. Ne pas se défendre, c’est aussi affronter la vie et ses difficultés en faisant confiance à ses propres ressources ; c’est donc renoncer à préparer des contre-attaques et des échappatoires pour chaque danger possible, avec pour seul résultat d’augmenter l’anxiété et donc de rendre inévitable la réalisation de toutes les pires prévisions. Mais il ne suffit pas de se défendre, il faut attaquer.
Prendre le gouvernail de sa vie en main et ne pas se laisser diriger par la peur ; adopter une attitude active et non passive ; se battre face aux difficultés et ne pas abandonner ; se fixer des objectifs et tout faire pour les atteindre ; faire valoir ses droits et ne pas attendre que les autres nous les accordent ; défendre sa dignité au lieu de se plaindre si les autres la piétinent. Attaquer, dirait la personne peu sûre d’elle à ce stade, c’est risquer ; et risquer peut conduire à l’échec. Exactement : en risquant, il y a la possibilité d’un échec ; en ne risquant pas, en revanche, il y a la certitude.

En conclusion, il semble que la route soit longue et ardue. En réalité, très souvent, le plus difficile est de commencer, mais une fois que vous avez commencé, l’objectif devient de plus en plus réalisable. En espérant avoir été au moins partiellement utile, je souhaite beaucoup de chance à toutes les personnes peu sûres d’elles !