Cette fois, nous pouvons le faire : enfin, abordons la vaste question de la réincarnation !
Source d’affrontements, de désaccords et de luttes entre les différentes religions, l’histoire de la réincarnation se perd dans la nuit des temps, mais elle est aussi accessible à tous de Wikipedia… Je ne m’arrêterai donc pas pour en parler au niveau historique, mais je parlerai de ce qui nous importe vraiment : ce que rapportent les esprits.
Indépendamment de la façon dont ils sont appelés par les différents peuples, les Dieux donnent leur vie (et sur ce point toutes les religions sont d’accord). Ce faisant, ils insufflent à chaque âme une étincelle divine, qui restera incomplète jusqu’à ce qu’elle soit réunie avec le Tout, avec les Dieux eux-mêmes (et c’est le sens classique du vide de l’homme, qui même s’il atteint les buts les plus convoités, continue à percevoir qu’il manque ce « je ne sais pas quoi » qui le rend malheureux… « tu n’es jamais satisfait ! »Pour rejoindre le Divin, cependant, l’âme qui est encore à l’état  » brut « , pour ainsi dire, a besoin d’atteindre l’illumination et pour ce faire doit évoluer, doit grandir.

Mais pour son évolution, il lui faut avoir toutes sortes d’expériences dans sa forme humaine, afin d’élargir son « bagage évolutif ». Évidemment, il y a beaucoup d’expériences à faire et une vie n’est jamais assez ! C’est un peu comme à l’école : on part de l’école primaire, où on commence à apprendre les bases : écrire, lire… et à la fin de l’année on est promu (avec un peu de chance !); on prend des vacances et puis on recommence à passer à la classe suivante et on commence à apprendre et à vivre autre chose. C’est la vie. Dans chaque existence, nous avons un certain nombre d’expériences à faire et de leçons à apprendre ; une fois que nous avons terminé un chemin, c’est-à-dire lorsque nous avons appris ce que nous avions à apprendre, nous terminons notre cycle de vie (nous mourons) et partons en vacances (continuant le chemin dans l’au-delà jusqu’à la prochaine réincarnation) pour ensuite retourner à la vie et entrer à un niveau supérieur, puis nous nous incorporons à un nouveau corps.

Parfois nous avons des souvenirs de vies passées, mais en général nous ne nous souvenons de rien (même s’il est possible, par l’hypnose et la régression, de ramener à la surface les existences antérieures, mais ce n’est pas une pratique totalement fiable car l’esprit, forcé de se souvenir de choses qu’il ne peut ou ne veut se souvenir, peut jouer de mauvais tours et nous communiquer de fausses nouvelles pour « se défendre »). La durée de ces cycles n’est pas standard : il faut peut-être 90 ans d’une vie pour apprendre une leçon, peut-être seulement 5 ans d’une autre : voici l’explication du décès d’un enfant. Quel est l’intérêt de naître pour ne vivre que quelques années ? Ceux qui ne croient pas en la réincarnation ont du mal à la comprendre et souvent il n’est pas possible d’accepter la mort d’un enfant, précisément parce que l’idée commune est qu’un parent meurt avant un enfant. C’était, par exemple, l’une des nombreuses questions que je me posais quand je fréquentais l’Église et à laquelle personne ne savait comment me répondre, sauf avec une phrase préemballée comme : « Parce que Dieu a un plan pour tout et pour tous et même si nous ne le comprenons pas, nous devons avoir la foi et croire que c’est la meilleure chose ! Mais ce n’est pas le cas non plus !

Cela montre que les religions n’ont pas toujours la réponse à tout ! Du point de vue de la réincarnation, il est clair (et logique !) que l’enfant a appris ce qui lui a été établi dans cette existence particulière et qu’il peut donc continuer son voyage vers la prochaine réincarnation. La période d’attente entre une vie et la suivante peut aussi varier, car nous devons attendre la bonne situation pour la prochaine leçon. Avant d’incarner l’âme, avec l’aide des Dieux, il établit quelques points saillants utiles pour son incarnation : quand naître, de quels parents (oui, on les choisit !!!!), dans quelle période historique, qui rencontrer, quelles leçons apprendre, quand mourir…). Cela fixe des points focaux dans notre vie, mais les événements peuvent changer de temps en temps en fonction des décisions que nous prenons au jour le jour (et voici le libre arbitre), donc le destin n’est pas déjà écrit ; les Dieux n’ont pas un dessin sur chacun de nous aussi détaillé qu’ils veulent nous faire croire, sinon notre bonheur et notre évolution !

Une fois ces « étapes » établies, l’âme doit attendre que la situation idéale se règle d’elle-même : si, par exemple (exemple paradoxal), elle a besoin d’un père néerlandais et d’une mère turque, elle devra attendre les conditions idéales pour qu’un Hollandais rencontre une femme turque, tombe amoureux d’elle, décide de se marier et procréer ! Si la leçon à apprendre est peut-être de surmonter le deuil d’un frère décédé, l’âme devra attendre que se produise la condition où une autre âme devra vivre une mort prématurée…. et ainsi de suite… Chacune de ces choses (bien sûr pas aussi explicite que dans les exemples que j’ai faits) est soigneusement stabilisée afin que nous puissions apprendre une certaine chose, alors bien que ce soit difficile à accepter (mais jamais personne ne dit que cela est facile !) même un parent violent ou alcoolique nous avons choisi de retenir une leçon spécifique qui nous incombe à découvrir.

Évidemment, si nous y réfléchissons un instant, la chose finira par nous donner mal à la tête : il suffit de penser à combien de tissages, de coïncidences, de faux aléas s’établissent entre nous tous dans cette vie ! C’est pourquoi rien n’arrive au hasard ! C’est pourquoi nous sommes tous connectés : parce que la réaction de beaucoup dépend de l’action d’un seul ! Les accidents sont également prédéterminés : pourquoi, dans un panneau avant entre deux voitures, par exemple, seul le conducteur d’une voiture meurt et les deux personnes de l’autre voiture restent indemnes ? Peut-être qu’une personne méritait de mourir et les autres non ? Absolument pas ! Mon oncle est mort dans un accident, il y a de nombreuses années, alors qu’il était dans la voiture avec d’autres amis… et pourtant il est mort ! J’ai eu un accident que les médecins ont qualifié de fatal et pourtant, à leur grand étonnement, je suis toujours en vie !…. Peut-être que mon oncle méritait de mourir et pas moi ? Bien sûr que non ! Il a appris ce qu’il devait faire, mais je ne l’ai toujours pas fait (je suis un récidiviste) ! Cela semble être l’explication la plus sensée et la plus logique de ce qui se passe dans la vie. Encore une fois, pourquoi une personne naît dans une famille riche et une autre dans une famille pauvre ? Pourquoi une personne née handicapée et une autre en bonne santé ? C’est précisément pour faire l’expérience de chaque situation, en tirer les leçons et évoluer à travers elles. La réincarnation est aussi l’explication la plus logique pour les enfants prodiges. Un génie de la musique qui compose des concerts entiers à l’âge de cinq ans, comme Mozart l’a fait, est sans doute né avec les connaissances acquises dans des vies antérieures. Ce n’est pas un événement normal, mais ça arrive. Albert Einstein et bien d’autres génies comme lui….

De même, l’homosexualité s’explique aussi par la réincarnation : une âme incarnée dans le corps d’une femme dans une vie et dans celui d’un homme dans une autre (ou vice versa) a simplement préservé les sentiments et préférences d’une existence à l’autre. Les hindous, et il me semble que certains bouddhistes aussi, croient qu’il n’y a pas toujours réincarnation dans un corps humain, mais que l’âme peut renaître comme une plante ou comme un animal, mais c’est une fausse croyance : par exemple un chien aura de nombreuses incarnations, mais toujours sous forme de canidés ; un chat sera toujours un félin (peut-être qu’il passera du chat au lynx ou au tigre) ; une plante, peut-être une fleur ou un arbre, mais toujours un légume ; un être humain sera toujours un être humain (homme ou femme, blanc ou noir), simplement parce que les âmes de ces espèces sont différentes les unes des autres et non interchangeables. En vertu de cette cyclicité, il y a des âmes qui ont commencé à s’incarner il y a des siècles : par exemple, ma première réincarnation, me disaient-ils, remonte à l’époque des anciens Grecs, mais cela ne signifie pas que j’en ai fait 200… J’en ai fait seulement 5 au cours des siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *